La rencontre – LSRE, Lauranne Schied

Dans cette série d’entretiens, Vestack part à la rencontre des acteurs qui façonnent la ville et les logements : promoteurs, bailleurs sociaux, architectes, établissements publics d’aménagement, bureaux d’études, collectivités, fournisseurs de matériaux, constructeurs…

Présente-toi, ton métier, ton expérience 

J’aime travailler dans ce secteur car il s’agit de bâtir des lieux et de créer des décors pour la vie des gens. J’ai créé LSRE pour faire le métier que j’aime, celui de développeur immobilier, de façon plus consciente et plus responsable. Et pour être tout à fait alignée avec mes convictions et mes valeurs, il fallait que je crée ma propre société. 

Quelles sont les ambitions de LSRE en matière de ville durable ?

LSRE est complètement alignée avec les ambitions de la RE2020. Notre objectif, c’est de construire le plus local possible et avec des matériaux les plus locaux, naturels et biosourcés. Ces objectifs apparaissent comme des évidences et ne nous contraignent absolument pas.

Quel est le projet le plus passionnant sur lequel tu travailles ou as travaillé (et pourquoi) ?

J’ai répondu à beaucoup d’appels à projets urbains au cours de ma carrière et ils ont été plus passionnants les uns que les autres. Aujourd’hui, ce qui m’anime le plus, c’est un très gros projet hôtelier que je révèlerai à la fin de l’année.

A quoi ressemblera la ville de demain ?

La ville de demain, c’est une ville inclusive mais inclusive pour la nature : celle-ci doit retrouver sa place partout et nous, en tant qu’êtres humains, nous devons retrouver notre juste place au sein de cette nature. La ville de demain, pour moi, c’est une ville foisonnante, verte évidemment et qui permet un contact avec la nature au quotidien. C’est une ville qui nous permet de nous réaligner.

Quelles technologies ont déjà été adoptées chez LSRE ?

La technologie que j’ai adoptée et que je préfère, c’est Upcyclea, le premier logiciel collaboratif de gestion circulaire des ressources. Je travaille avec cette plateforme sur la quasi totalité de mes projets : le recyclage des déchets de chantier et l’utilisation de matériaux recyclés dans le cadre d’une économie circulaire me semblent désormais indispensables pour atteindre le zéro déchet et la neutralité carbone.

As-tu une « signature personnelle » sur tes projets ?

Ma signature personnelle, c’est celle de la permaculture. Qu’il s’agisse de projets de logement ou d’hôtellerie, j’y intègre des jardins partagés ou des micro-fermes comme autant d’occasions de renouer avec la nature et le vivant. 

Un architecte qui t’inspire ? Une ville qui t’inspire ? Un bâtiment qui t’inspire ?

L’architecte qui m’a le plus inspiré, c’est Kengo Kuma pour son usage du bois.

La ville qui m’inspire le plus, c’est Lisbonne pour son énergie, son ambiance si légère et la beauté de son patrimoine architectural. 

Le bâtiment qui m’inspire le plus, c’est la chapelle Bosjes réalisée par Steyn Studio en Afrique du Sud. Elle n’est pas réalisée en matériaux naturels et personnellement, aujourd’hui, je pense que je ne la ferais pas de cette façon (eux non plus d’ailleurs probablement !). En revanche, je trouve que sa façon de s’intégrer dans la nature et dans le paysage relève du sublime.

Le mot de la fin : pourquoi avoir choisi de travailler avec Vestack  ?

J’ai travaillé avec Vestack parce que nous avons des valeurs communes : faire de la construction de façon différente, s’adapter à notre temps avec des matériaux qui sont respectueux de l’environnement, essayer de trouver des solutions pour construire de façon consciente et responsable tout en réduisant les coûts et le temps des travaux.
Vestak permet d’optimiser les chantiers et de mettre en place de nouvelles méthodes de construction plus adaptées aux enjeux de notre siècle. 

Notre collaboration était une évidence. Pas étonnant que ça soit le chouchou des promoteurs et tant mieux !

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn