Entretien François Pélegrin, Architecture Pélegrin

Dans cette série d’entretiens, Vestack part à la rencontre des acteurs qui façonnent la ville et les logements : promoteurs, bailleurs sociaux, architectes, établissements publics d’aménagement, bureaux d’études, collectivités, fournisseurs de matériaux, constructeurs…

Cet entretien est consacré à un architecte français emblématique : Architecture Pélegrin. 

Échange avec François Pélegrin.

Bonjour François, pouvez-vous vous présenter ? sur quels types de projets travaillez-vous chez Architecture Pélegrin  ?

[François Pélegrin] : Bonjour, je m’appelle François Pélegrin, je suis architecte urbaniste à Paris. Chez Architecture Pélegrin nous travaillons essentiellement sur des projets d’habitations et tertiaires pour des bailleurs sociaux ou pour des promoteurs privés. Nous avons aussi une activité de recherche à côté de notre activité traditionnelle d’architecte.

Quelles sont les grandes tendances qui émergent en matière d’architecture et d’urbanisme ? A quoi ressemblera la ville de demain ?

[François Pélegrin] : Je crois que maintenant, la route est tracée. Nous avons été rappelés à l’ordre par la nature. Nous avons été rappelés à l’ordre par réchauffement climatique, rappelés à l’ordre par la covid 19. Maintenant il s’agirait d’être sérieux. La ville de demain, elle existe déjà. Nous n’allons pas réinventer des villes, d’autant que plus que la loi climat et résilience nous fixe l’objectif de zéro artificialisation nette des sols d’ici 2050. Donc, ce qu’il faut faire, c’est refaire la ville sur la ville. Et ça, les architectes et urbanistes savent le faire et c’est le grand chantier de demain.

Comment évolue votre métier? A quoi ressemblera le métier d’architecte demain ? 

[François Pélegrin] : Écoutez, très franchement, notre métier évolue plutôt mal. Si on regarde depuis des décennies, le monde de la construction s’est judiciarisé, il s’est financiarisé et la place pour l’architecte ne tient qu’à un fil. Heureusement, il y a la loi de 1977 qui rend l’architecture d’intérêt public. Je pense que le métier d’architecte demain va être sans doute compliqué pour les jeunes architectes. Mais il est plein d’avenir, plein d’espoir. On a un outil fantastique que nous avons appréhendé depuis déjà plus de trente ans chez Architecture Pélegrin, qui s’appelle le BIM. La maquette numérique permet à l’architecte de reprendre le pilotage du projet avec ses partenaires, de faire dès les premières esquisses et jusqu’à l’avant projet, des simulations, des optimisations pour s’assurer que le projet sera au rendez vous de la performance énergétique, environnementale et économique.

Quelles technologies ont déjà été adoptées chez Architecture Pélegrin ?

[François Pélegrin] : L’agence a la particularité de faire de la recherche. Notre premier contrat de recherche était en réponse à un appel d’offres du Ministère en 1979, un appel à idées qui s’appelait Climat, architecture et formes nouvelles, qui est exactement le sujet d’aujourd’hui. Donc, depuis 40 ans, nous tissons, nous creusons notre sillon sur cet objectif de faire des habitats et des rénovations qui ont du sens. Nous avons eu le bonheur de réaliser en 1981 la première maison solaire en ossature bois à la Foire de Paris. Puis, nous avons continué de belles aventures, comme notamment aujourd’hui avec Vestack !

Comment préparez-vous l’arrivée de la nouvelle réglementation environnementale (RE 2020) ?

[François Pélegrin] :  Avec beaucoup de bonheur, parce qu’enfin, nous quittons ce champ étroit des successions de réglementations thermiques qui nous enfermait dans un mono critère. Or, l’architecture dépasse le cadre de la thermique. Et chez Architecture Pélegrin, nous n’avons pas trop d’efforts à fournir. Je suis immodeste parce que je suis tombé dans l’architecture durable dès mes études d’architecture. Je n’ai donc pas de grandes surprises. Il n’empêche que je me forme et je suis surtout formateur pour mettre les architectes en situation de maîtrise de cette nouvelle réglementation.

Existe-t-il une réalisation emblématique d’Architecture Pélegrin en matière de ville durable ?

[François Pélegrin] : Je ne suis pas dans le registre de l’architecture emblématique. Je fais de l’architecture au quotidien pour des villes, pour des promoteurs, pour des bailleurs, pour des particuliers. Nous nous efforçons toujours de faire bien du premier coup et de progresser. Je vous ai dit la fierté que l’on avait eue à réaliser la première maison solaire à la Foire de Paris. Ensuite, Nous avons réalisé un bel écoquartier à Bussy-Saint-Georges (110 logements pour Emmaüs)  avec plusieurs types de constructions : traditionnelles en béton et briques ou en bois avec du modulaire 3D. Nous essayons toujours de mixer les techniques pour avoir la meilleure performance sur le projet.

En trois mots, les avantages de la construction modulaire selon vous ?

Performant

Économique

Écologique

Une ville qui vous inspire ? Un bâtiment qui vous inspire ?

[François Pélegrin] : Une ville qui m’inspire ou qui m’a émue, en tout cas plus fortement que d’autres, c’est Sienne en Italie. Je n’avais jamais vu d’image de cette place et en déambulant au cœur de la ville, je suis tombé sur cette place en forme de conque magnifique. Une grande émotion ! 

Pour rester à l’étranger. Je dirais qu’en termes de bâtiments, ce qui m’émeut particulièrement, c’est la Sagrada Familia de Gaudi : il fait voler le béton, il amène une grande légèreté dans ce bâtiment. Et quelle audace, quel courage d’avoir tenu à bout de bras ce projet.


Le mot de la fin : pourquoi avoir choisi de travailler avec Vestack ?

[François Pélegrin] : Je considère que dans la situation que nous connaissons aujourd’hui, avec les nouveaux défis qui touchent la ville, le bâtiment et en particulier les concepteurs, la meilleure alliance pour trouver les bonnes solutions, c’est l’alliance architectes-industriels. Donc, quand j’ai eu cette opportunité, j’ai choisi de travailler avec plaisir avec Vestack. Cette alliance est la meilleure façon de faire naître le renouveau !

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn

Autres actualités